Quoi faire ou ne pas faire lors d’un appel de Douzième Étape

Un appel de Douzième Étape est une façon pour les membres de Cocaïnomanes anonymes d’être au service des autres. Nous ne devrions pas hésiter à aller n’importe où pour être utile, tout en gardant à l’esprit le désespoir de la dépendance active. Pourvu que nous soyons spirituellement en forme, nous pouvons offrir de l’aide à un toxicomane qui souffre encore, en tout lieu et à tout moment.

Même si aider les autres est primordial pour notre programme de rétablissement, s’il vous plaît gardez à l’esprit ces suggestions de ce qu’il faut faire:

• Toujours prendre au moins une autre personne sur un appel de Douzième Étape et, autant que possible, rencontrer le candidat dans un lieu public ou à une réunion.

• Assurez-vous que vous pouvez rester à l’abri des risques de dommages physiques.

• Il est suggéré que des hommes fassent les appels de Douzième Étape pour les hommes et que des femmes fassent les appels pour les femmes. Aux fins de cette brochure, nous utiliserons le masculin, mais les suggestions sont destinées à s’appliquer à la fois aux hommes et aux femmes.

• Apportez un téléphone cellulaire et soyez prêt à faire appel à l’aide médicale d’urgence si nécessaire.

• Apportez le livre Espoir, Foi et Courage Volume I et/ou Volume II, des brochures CA, le Gros Livre ainsi qu’une liste des réunions CA.

• Demandez à votre candidat s’il veut cesser de consommer et s’il est prêt à tout faire pour y parvenir. Commencez la conversation d’une manière générale dans le but d’établir un lien, puis amenez la discussion sur certains aspects de la consommation.

• Encouragez votre candidat à parler de lui-même. Assurez-le que vous garderez son anonymat. S’il ne veut pas parler, discutez de votre histoire de consommation jusqu’au moment où vous avez arrêté. Mettez l’accent sur les troubles que votre consommation a causés.

• Parlez de la maladie de la toxicomanie. Concentrez-vous sur votre expérience personnelle et votre désespoir devant cette maladie mortelle. Faites-lui bien comprendre qu’il n’a pas à être d’accord avec votre conception d’une Puissance Supérieure.

• Décrivez le programme des Douze Étapes de CA et expliquez comment cela a fonctionné pour vous.

• Offrez-lui votre amitié et précisez que, s’il a un désir d’arrêter de consommer, vous aller faire tout ce que vous pouvez pour l’aider.

• Faites comprendre à votre candidat que vous profitez de ce processus parce qu’aider les autres est une partie vitale de votre rétablissement. Il vous sort de vous-même et vous aide à rester sobre.

• Rappelez-vous que vous êtes là pour offrir de l’assistance et des conseils. Faites comprendre à votre candidat qu’il ne vous doit rien; votre seul espoir est qu’il aidera les autres à son tour lorsqu’il aura acquis et conservé la sobriété.

Voici quelques suggestions sérieuses dont, nous l’espérons, vous vous souviendrez au sujet de ce qu’il ne faut pas faire:

• Ne partez jamais seul pour faire un appel de Douzième Étape.

• Ne mettez jamais en péril votre propre sécurité ou votre sobriété.

• Si vous avez été reconnu coupable d’un crime ou êtes actuellement en probation ou en libération conditionnelle, vous ne devriez peut-être pas effectuer un appel de Douzième Étape (La plupart des condamnations ne permettent pas d’entrer en contact avec des utilisateurs de drogues actifs. Vous devriez consulter un avocat.)

• Ne portez pas d’armes.

• Ne rencontrez jamais votre candidat à une piquerie ou dans un bar.

• Ne rencontrez pas votre candidat s’il est intoxiqué à moins qu’il y ait un risque de surdose ou si la famille a besoin de votre aide. Vous perdriez votre temps à essayer de le persuader de cesser de consommer.

• Ne prêtez pas d’argent à votre candidat et ne l’amenez pas chez vous. Il existe d’autres ressources disponibles pour aider les nouveaux à effectuer avec succès la transition dans la communauté.

• Ne lui donnez pas d’autres médicaments (pour retarder le sevrage et/ou neutraliser l’effet des drogues qu’il a prises). Rappelez-vous que nous ne sommes pas médecins, de sorte que le diagnostic ne vous appartient pas – seulement l’aide.

• Il est imprudent d’aborder un candidat à moins de connaître ses antécédents par l’entremise soit de sa famille ou d’amis proches – surtout, n’appelez pas son employeur, son conjoint, sa famille ou la police comme levier pour l’amener à se rétablir.

• À ce stade, la plupart des toxicomanes qui consomment ne veulent pas entendre de l’évangélisation ou de la critique, ayez donc la prudence de ne pas utiliser de verbiage religieux ou des termes théologiques, quelles que soient vos convictions.

• Ne vous imposez pas à votre candidat. S’il vous prie de ne pas revenir, ne revenez pas. Il ne sert à rien de contredire votre candidat s’il démontre de la résistance à travailler les Étapes. Il n’est pas nécessaire de faire pression sur lui pour qu’il prenne une décision à ce moment.

• Ne passez pas trop d’heures sur un seul appel de Douzième Étape. Si le candidat ne démontre aucun désir de devenir sobre, recherchez-en un autre qui voudra votre aide. N’oubliez pas, si nos motivations sont correctes et que nous faisons l’appel de Douzième Étape pour aider un toxicomane qui souffre à trouver le rétablissement, nous n’avons pas à avoir peur. Nous pouvons compter sur notre Puissance Supérieure pour nous garder en sécurité et nous protéger.

N’oubliez pas, si nos motivations sont correctes et que nous faisons l’appel de Douzième Étape pour aider un toxicomane qui souffre à trouver le rétablissement, nous n’avons pas à avoir peur. Nous pouvons compter sur notre Puissance Supérieure pour nous garder en sécurité et nous protéger.

Défiler vers le haut